-7- Pise et sa tour

La mouette

Nous prenons notre petit déjeuner, quand Jack part en courant après une mouette, mais, visiblement, elle ne décolle pas.
On s’approche calmement, elle n’a pas l’air très craintive, je lui donne à manger dans ma main sans problèmes.
Nous sommes assez loin de l’eau, je tente donc de l’attraper gentiment pour la relâcher près de l’eau, mais rien à faire, je lui donne à boire avec encore de la nourriture et nous partons acheter les accessoires chez Décathlon.
Un joli panier de vélo pour y mettre Jacky.

Nous prenons la direction de Pise et allons nous arrêter à un lac que j’ai vu sur le GPS, mais il est apparemment bien sale. Donc on continu en faisant une halte sur une aire de camping-car pour faire le plein d’eau.

Arrivé à Pise

En arrivant à Pise, je trouve une place à 300 mètres de la tour, dans une rue gratuite – coup de chance!
Nous y allons à pied et croisons pleins de petits commerces et restaurants.
En arrivant devant la tour je ne suis pas déçu, elle est un peu moins haute que j’imaginais, mais très belle tout de même, dans les tons blancs, accompagnée de sa cathédrale et entourée de pelouse bien entretenue, un plaisir à voir.

Ensuite nous prenons nos vélos pour aller faire un tour dans la ville, avec, bien sûr, l’inauguration du panier par Jaky, qui a l’air d’apprécier.

Nous découvrons une ville plutôt jolie, avec sa rivière qui la coupe en deux et ses petites ruelles animées par les restos et leurs terrasses extérieures.

On retourne voir la tour de nuit pour y faire quelques photos et partons près de la plage pour dormir.
Nous arrivons sur un grand parking gratuit face à la plage, il y a pleins de monde et d’animations.
On s’endort sous les chants du chanteur Italiano-Cubain du resto d’à côté.

Parking près de Pise

Pas de gaz

On se réveille sous les bruits des gens qui se préparent pour aller à la plage.
Je retourne le van pour nous orienter à l’ombre, puis nous prenons le petit déjeuner.

Nous tombons en rade de gaz, je décide donc d’aller plus tard en chercher en ville pendant que Mariya ira à la plage avec Djacky.
Mais pour le moment nous partons ensemble faire la lessive en vélo, pas très loin de là où nous sommes, car il faut bien le faire de temps en temps.

Je pars trouver du gaz, mais c’est plutôt difficile ici, ça fait déjà 2h que je cherche et toujours rien.
Je finis enfin par trouver dans une petite boutique spécialisée dans le gaz, juste à côté du port, mais hélas, il n’y a plus de gaz avant demain, ce sera donc salade ce soir.

Rencontre

De retour au parking, je pars rejoindre Mariya sur la plage, pour profiter de cette fin de journée, nous retrouvons Falafel (van), avec, non loin de là, un nouveau voisin en VWt3 comme le notre, mais en vert.

vw t3 en Italie

Fanny et Élie, un jeune couple qui fait également un road trip en Italie, accompagné de leurs chienne Baya, que Djack apprécie.
Ils se joignent à nous pour l’apéro et le repas. Nous passerons une bonne partie de la soirée à discuter avant d’aller nous coucher.

Pas toujours juste

Je pars récupérer ma bouteille de gaz que j’avais commandé la veille, à mon retour je prépare un café et les Sénégalais qui vendent leurs marchandises sur les bords de plage, viennent à ma rencontre pour me demander un café, qu’ils veulent payer.
Bien sûr je fais couler un café que je leurs offre.

Ce qui est triste c’est qu’ils viennent me voir car les cafés alentour ne veulent pas les servir.

Ensuite, Élie et Fanny nous rejoignent pour le diner et nous partons à Pise.
Arrivés sur place, je pars me renseigner pour monter dans la tour de Pise, mais 18 euros juste pour prendre l’escalier me parait vraiment excessif, donc ça  ne sera pas pour nous.

Nous allons nous balader près du fleuve qui coupe la ville et empruntons un pont plutôt joli qui mène sur des petites ruelles charmantes, où l’on s’arrête pour manger une bonne glace Italienne.

Une plage, presque desserte

Après cette petite visite nous reprenons la route pour trouver un endroit pour la nuit.
Nous tentons un lac repéré sur la carte, mais une fois sur place, il n’y a pas la place de se stationner et en plus ça sent fort la ferme. Nous continuons donc notre chemin vers la mer à nouveau, car Élie a trouvé une piste qui serait assez proche de la plage.
Environ 30 min de route plus tard nous trouvons le chemin où il y a juste deux ou trois voitures.
Le chemin où nous nous garons est à côté d’une petite forêt avec un petit chemin pour accéder à la plage.

Je pars faire le plein d’eau et j’achète quelques bières, nous allons ensuite tous les quatre à la plage.
Sur place nous trouvons une plage magnifique, avec son sable marron et ses bois mort. Nous nous baignons dans une mer tiède avec un fond de coucher de soleil. Un bon moment de plénitude, que nous partageons avec Djacky et Baya bien sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *