-13- Les Cinque terre, ou pas.

Une route montagneuse

On se réveille sous une place ombragée, je vais prendre ma douche dans l’aire de repos et Mariya prépare le café, Élie et Fanny partent vers 10h.

Nous prenons la route pour les Cinque terre, sur la cote. La route traverse la chaîne de montagne, ce qui ne me rassure pas trop pour le van, ça ne fait que monter et descendre. Falafel (notre van) a était mis à rude épreuve, mais les a accomplies avec brio, comme d’habitude.

Nous nous stoppons en haut de la montagne, où nous passerons la nuit. Je prépare le dîner, au menu, pâte et sauce tomate, champignon, haricot blanc avec quelques épices – ça fait rêver!

Après manger, Mariya mange du raisin pendant que je fais des photos de nuit. Nous préparons ensuite un film sur l’ordinateur, et on s’installe sur les fauteuils en extérieur pour se faire un petit cinéma plein air. Après 45min environ, nous rentrons nous réfugier car j’ai senti quelques gouttes, on finit le film puis nous nous couchons.

L’orage

Vers 2h30 un orage fait rage, il est très violent, avec un grand nombre d’éclair, le vent souffle et ça remue énormément le van, heureusement il y a un grand tunnel éclairé juste à côté de nous, je décide de m’y installer en attendant que ça passe.

Jack a très peur, il reste collé à moi et Mariya dort tranquillement, il se forme presque une rivière sous les roues de Falafel.

Après environs 1h, le vent se calme et je me remets à la place, je retourne enfin me coucher sous une pluie battante.

Le van dans un tunel

Un peu agacé

10h30 encore une panne de gaz, nous filons chez décathlon à côté de La Spezia, mais, hélas ils n’en n’ont plus, nous allons à Leclerc juste à côté, la même chose! Nous nous résignons et repartons le van plein de course vers Portofino.

Sur la route, je décide de m’arrêter pour une pause, mais, hélas, la station ne m’offre pas l’ombre et le cadre que je désire, alors je continue. La suivante n’est pas mieux, donc direction Portofino sans pause.

Arrivé sur place le village sur la cote semble sympathique, mais pas une place gratuite et se taper 5km sur une petite route pour enfin arriver au centre où l’on arrive sur un petit rond point, qui ne nous laisse pas le choix, soit tu rentres dans le parking payant soit, tu repars.

Sa nui un peu à ma liberté d’agir, et cela m’agace, donc demi-tour, d’autant que les parkings ne sont pas donnés ici.

Nous allons vers Génova afin de trouver un endroit pour se poser, mais encore une fois la tache et difficile. Je décide donc, après plusieurs heures de route de prendre l’autoroute qui nous ramènera en France, où l’on se posera sur une aire de repos.

Mais le sort s’acharne et je me trompe de direction, après 20min dans le mauvais sens, nous sommes enfin sur la bonne route, je roule une trentaine de kilomètres et nous nous arrêtons sur une aire pour manger et dormir – et oui c’est déjà le soir! Une belle journée de perdu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *