-2- De Madrid à Valence en passant par le lac Jucar.

Le Prado à Madrid

Après cette nuit confortable, nous nous retrouvons dans la queue du musée du Prado.
Environ 1 heure de queue plus tard, on se retrouve à l’intérieur. Le musée est composé en majorité de tableaux et de quelques sculptures du 14ème au 18ème siècle, on y trouve des artistes, tels que Velasques, Rambrant ou encore Monet.

Mais mis à part quelques sculptures, étonnamment parfaites et les tableaux de Monet, je ne trouve pas mon compte ici, la peinture ne me fait pas grand effet, sauf l’impressionnisme et je m’ennuie assez vite de tout ça. Mariya quant à elle, apprécie un peu plus. Je trouve également que pour un musée de cette renommé, on ne trouve pas beaucoup d’artistes connus du public lambda (comme moi) et la visite peut-être plutôt rapide, pour 16 euros. Mais cela ne me décourage pas à aller visiter les musées du monde.

Pendant la visite j’ai eu la joie de trouver une amande de stationnement de 60 euros, arrff! Pas parce que je n’avais pas payé mon stationnement, mais parce qu’il y a un coté bleu et un coté vert dans la rue et au parcmètre (où on ne comprend pas grand chose) j’ai coché la mauvaise couleur, qui elle, était. J’ai donc eu une amande pour avoir payé plus cher. J’ai tant bien que mal cherché la pervenche qui m’avait allumée, pour rectifier son « erreur », mais elle avait disparu la maline. Je n’ai pas payer cette amande, alors, peut-être suis-je recherché en Espagne, maintenant!

eglise Madrid

Nous partons ensuite voir la Cathédrale de Santa Maria la Real de la Almudena. Elle est le siège épiscopal du diocèse de la capitale. L’extérieur ne me plait pas trop contrairement à Mariya, mais l’intérieur est beaucoup plus à mon goût, les plafonds ont une décorations très colorée et originale; à la fin de la visite, nous reprenons la route.

Systeme D

J’ai oublié de dire que ce matin mon pot d’échappement s’est cassé, je l’ai donc réparé provisoirement avec une corde pour ne pas qu’il tombe, mais forcément elle a fondue quelques kilomètre plus loin. Après avoir fini nôtre visites et avoir repris la route en direction de la côte. Nous sommes donc contrains de nous arrêter pour trouver une autre solution. Je décide donc de couper les fils électriques de mon alimentation en 220v, qui ne me servent pas pour le moment, pour consolider mon pot.
Nous reprenons à nouveau la route avec mon pot d’échappement qui fait un gros bruit de casserole, mais sa tiens.

lac jucar

Nous arrivons au lac Jucar, d’un bleu parfait, il prend sa source dans la Sierra de Tragacete. Nous faisons un grand tour, afin de trouver un accès pour pouvoir se garer le plus proche de l’eau. Après un petit moment et un peu de piste, nous trouvons l’endroit parfait au bord de l’eau, sauvage et tranquille. Un homme avec ses chiens, s’approche pour nous dire de ne pas se mettre trop près de l’eau, car si ils ouvrent le barrage, cela risque de monter. Nous nous installons donc juste au dessus de la démarcation de l’eau, que l’on peut apercevoir.

Bain d'argile au lac Jucar

Se laver à l’argile

L’homme repart et nous nous retrouvons seul au monde face à ce spectacle, Falafel (mon van) est calé. Nous prenons le temps pour nous jeter dans cette eau bleu au premier abord, mais qui prend un ton rougeâtre quand on y met les pieds. En effet, sur le bord de l’eau il y a de l’argile naturelle et Mariya prend plaisir à se tartiner le corps pendant que je nage avec Jack. Le soir est déjà là, une poêlé de pommes de terres, aubergines, courgettes mijote pendant que nous préparons des galettes de maïs avec des tomates cerises pour se faire des sortes de burritos. Un délice, accompagné d’un bon vin, châteaux Tour Bicheau, mon préféré!
On se couche vers 22h30 sous ce beau ciel.

Une lune spectaculaire

Vers 2h00 nous nous levons, nous avions mis le réveil pour avoir une belle nuit noir et profiter du ciel étoilé. Juste devant nous, la lune étonnamment brillante et bien centrée, se reflète dans le lac et nous offre encore un magnifique spectacle. Je sors l’appareil pour immortaliser ce moment. En contre partie de cette belle lumière nocturne, les étoiles sont moins lumineuses, mais nous aurons tout de même droit à une belle étoile filante avant de retomber dans les bras de Morphée.

Lune sur le lac Jucar, Espagne

Comment chi.. dans la Nature?

C’est mon anniversaire et au réveil, il fait vraiment beau et chaud. Jack me quémande déjà pour aller se baigner. Donc, après un peu de préparation on l’emmène, il est heureux comme tout dans cet endroit, des grands espaces et de l’eau, tout ce qu’il aime, pendant qu’il se baigne, je vais chercher un endroit isolé.

Car, en effet, quand on vit en van, il faut trouver des solutions pour faire ses besoins. La principale consiste, donc, à trouver un lieu puis prendre une pelle (notre cas) ou un bout de bois et de faire un trou, ensuite on fait notre affaire et on rebouche proprement, pour ne pas laisser de trace de notre passage et dans la mesure du possible avoir un papier qui se dégrade facilement.

On vois beaucoup trop souvent des paquets sur le bord des chemins ou en forêt, car les gens ne respectent pas autrui et quand on voyage en van, nous sommes régulièrement sur des spots connus de tous, qui peuvent vite devenir des champs de mines.
Je me souviens d’une année à Lacanau, un spot de surf où je passe pas mal de temps. Où nous avions eu une belle récolte de tomate, grâce aux nombreuses personnes qui respect ce principe.

Lac Jucar, espagne

Un geste écologique

Après la baignade de Jacky, on se détend, bouquinons et prenons le petit déjeuné. Mariya a repéré du thym et de l’estragon sauvage. Nous ramassons des bouteilles en plastiques pour en faire des pots et récoltons un plan de chaque.

Puis je commence à réparer, tant bien que mal, le pot d’échappement de Falafel, avec du fil de fer qui fera l’affaire. Pendant ce temps Mariya commence à ramasser les déchets divers qui polluent l’endroit, que l’on mets dans les sacs poubelles et que l’on jettera dans une poubelle en chemin. Un petit geste qui ferait énormément si nous le faisions tous un peu.

La journée est chaude avec un peu de vent. Après un petit casse-croute nous nous installons au bord du lac pour se tartiner d’argile, comme Mariya la veille et allons nous baigner, nous faisons un peu de stock d’argile, pour offrir,  après cela nous retournons au van pour nous doucher.

Notre van est équipé d’une douche raccordée à une pompe qui elle même est raccordée à un réservoir de 60 litres sous le van et nous avons également un bidon de 15 litres à l’intérieur, ce qui nous permets de tenir 2 ou 3 jours avec les douches, brossage de dents, vaisselle, cuisine, thé, etc..

Après cette bonne douche fraîche, je fais une petite sieste pour me reposer de ma journée de détente, pendant que Mariya travail ses cours de musique.

Lac Jucar, Espagne

18h, nous décidons de prendre la route pour Valencia.
Nous arrivons vers 21h en passant devant la cité des art et des sciences, que nous ne connaissions pas, elle est magnifique et son architecture fait penser à une harpe, de là où nous arrivons mais elle représente en faite un squelette de dinosaure.

Un soir à Valence

Nous nous dirigeons vers la plage en empruntant les rues de la ville, qui est vaste et agréable, puis nous longeons la plage à la recherche d’une pizzeria pour fêter mon anniversaire. Car depuis quelques années, par la force des choses, je fête mon anniversaire dans une pizzeria, petite tradition que nous gardons. Après ce petit resto, nous allons trouver une place sur le bord de plage où l’on passera la nuit. Plus tôt j’avais demandé demandé conseil à un couple en van, sur la possibilité de dormir et visiblement on peut y dormir sans problème.

La vie le soir est très animée, les gens viennent avec leurs chaises et tables et s’installent un peu partout, sur la plage, les trottoirs, les parcs etc. Il y en a qui se regardent un film sur la plage en mangeant un sandwich, pendant que d’autres ont étalés une grande table drapée d’une nappe blanche et se font un vrai festin.

Il est environs minuit quand nous prenons notre bouteille de Lambrosco et allons sur le sable boire un verre. L’air est doux, l’eau est bonne, l’ambiance est calme malgré toute cette animation. Une dernière petite baignade pour conclure cette jolie petite soirée…Bonne nuit.

musée valence, espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *