Prague, suite.

Old town

Nous retournons dans la vielle ville, que nous avions vu de nuit. Pour monter dans la Old town, (la tour où se trouve l’horloge Astronomique). C’est parti pour faire une belle queue de touriste afin d’acheter les billets au guichet, puis nous allons à nouveau faire la queue à l’entrée de la tour, piouf! Après une petite heure, enfin nous pouvons monter.

Il y a le choix de monter à pied par la rampe qui monte en colimaçon ou l’ascenseur cylindrique qui ressemble à une capsule, bien sûr notre côté baroudeur nous fait emprunter l’ascenseur, il faut savoir s’économiser quand on baroude en ville.

Nous voila en haut. On peut apercevoir l’église de Notre-Dame du Tyn (Chrám Panny Marie před Týnem), avec ces clochers de 80 mètres, mais ce que je préfère, c’est la vue sur les toitures orangées, ça donne une vraie dimension à la ville, on profite un peu de cette vue puis nous redescendons.                                                                                                                Prague vue d'en haut

Premier film porno

Après cette belle vue, nous allons au musée des Sex Machines. Un musée fondé en 2002 est consacré exclusivement aux objets et jouets sexuels. Nous commençons la visite par une petite séance de cinéma, où l’on a l’honneur de découvrir le premier film porno de l’histoire.

C’est là que l’on vois que les critères de beauté ont changé. Nous découvrirons ensuite toute sorte d’objets farfelues, voir même, ressemblent plus à des machines de tortures qu’autre chose.

Rencontre sympa

Plus tard, dans la soirée, nous rejoignons Bruno Maltor (un blogueur voyage) et Sarah – sa stagiaire. Nous passons la soirée avec eux et quelques personnes, dans un petit bar tamisé, à boire de la bière et des cocktails, en discutant essentiellement voyage. Vers 2h du matin, et après quelques recommandations de Bruno, nous décidons de rentrer, nous prenons un Uber et pour 3euros nous voilà rentrés.

Une bière à Prague

11h30, tentative pour aller rejoindre le marché aux puces, soi-disant le plus grand d’Europe, nous partons direction la station hloubetin. Mais arrivés sur place on ne trouve rien et il est déjà 12h30, sachant que le marché ferme à 13h, nous n’insistons pas et repartons.

Franz Kafka

Nous arrivons à Narodni Trida, une station qui a une sortie dans un petit centre commercial, où Mariya va se faire plaisir avec des produits cosmétiques végan qui sont relativement chers en France et ne coûtent rien ici. En sortant de ce magasin on se retrouve devant une grosse œuvre d’art représentant le visage de Franz Kafka, qui se module mécaniquement.

Juste en face encore un resto végan, où nous allons manger. Ici les repas dépassent rarement 6 euros par personne, heureusement, car quand je me relis j’ai l’impression que l’on passe notre temps à manger, haha.

Sculpture Franz Kafka

Une vue sur la ville

Nous remontons une rue, qui nous mène sur le bord de la Vltava, où l’on découvre le Théâtre National. En face – une des petites îles de la ville (Slovansky Ostrov), on s’y promène un peu et observons un chien en plein milieu de la rivière qui nage à contre courant suivi par une bande de canards qui semble vouloir l’aider, heureusement, le chien fini par rejoindre la rive. Nous allons dans le parc Petrin, où je monte dans la Petrin tower, le point le plus haut de la ville où l’on peut admirer une vue à 360° sur la ville et les alentours. On redescend par une rue très esthétique qui nous mène au pont Charles, mais d’abords une petite halte pour boire un thé dans un petit resto avec une mignonne petite terrasse sur les toits et une vue sur le château de Prague.

Point de vue sur Prague

Un monstre Gothique

Le lendemain nous nous arrêtons au Lubkowicz, un café avec des petites salles atypiques et où l’on peux contempler la Vltava et le pont de Charles en dégustant un thé. Nous flânons dans les rues, et nous nous retrouvons face au métronome géant, sans grand intérêt. Nous continuons pour arriver au Château de Prague. Le Château, où demeure le Président, (Miloš Zeman) est protégé  par des gardes et des militaires, à l’intérieur se trouve la Cathédrale Saint-Guy, un monstre Gothique impressionnant, nous en faisons le tour et partons marcher sur le pont de Charles.

Chateaux de Prague

Le Unijazz café (caché)

Plus tard nous allons dans un bar caché que Bruno Maltor nous avait recommandé, le Unijazz café. On montent plusieurs étages, pour arriver à la limite des toits. Le lieu et plutôt familier, il y a des bouquins, des tables dépareillées, des jeux de société et quelques tableaux d’artistes ici et là. Deux femmes tiennent un petit bar, on joue aux échecs et buvons des bières à 10-12°. Ce genre de petit lieu que l’on aime découvrir en voyage.

Unijazz café Prague

On sort le soir aussi

Le soir nous allons au JazzRepublic, écouter un bon petit groupe de blues-jazz où l’entrée est gratuite comme la plupart des bar live ici. Tout comme le Irishpub, où nous étions allés pour écouter un autre concert, mais l’ambiance ce soir là, était surtout écran géant, match de foot et fumeur (ce n’est pas interdit ici) donc, pas vraiment notre style.
Un autre soir nous allons voir les 4 saisons de Vivaldi au Municipal House, joué par 7 musiciens, mais malgré le talent des musiciens nous sommes plutôt déçus, le concert dure 50 min, ils ont joué les 4 saisons de Vivaldi, puis était prévu quelques autres morceaux qui n’ont finalement durées que 10 min, on s’attendait à un peu plus, pour 25 euros.

On finira notre séjour par la découverte d’un petit salon de thé (Uzlateho Kohouta), posés près de la cheminée sur une des quelques petite tables, nous faisons notre dernière partie d’échecs en buvant un délicieux thé, dans une ambiance des plus agréables, propice à une petite sieste.

Uzlateho Kohouta Prague

Nous sommes fatigués d’avoir crapahuté ces quelques jours, mais cette ville est vraiment fabuleuse et regorge de petits endroits atypiques. Je ne peux pas raconter tout en détails, je ne peux que vous recommander d’y aller.

Et si vous avez des endroits atypiques à nous recommander, hésitez à nous les laisser en commentaire.

2 thoughts on “Prague, suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *